Aller au contenu principal Aide Panneau de contrôle

www.belledonne-sport-nature.fr

Association Belledonne Sports Nature

Partager
Partager sur Facebook
Poster sur Twitter
Partager sur LinkedIn
Inviter des participants
Référencer cette page
Surveiller
Fichiers récents
Voir aussi

Accueil «   Le blog «  

Traversée du Rocher Blanc : cailloux, soleil et bonne humeur !

J - 1 (vendredi 2 septembre)

Départ à 17h du parking de la Martinette pour Daniel et Maylis qui mettent le cap sur le refuge de la Combe Madame. Geneviève les y attend après quatre jours de randonnée itinérante en Belledonne. C’est l’heure du parcage des moutons lorsque nous nous retrouvons au refuge ; les bergers nous expliquent que leur saison quelque peu mouvementée s’achève le lendemain, ouf ! (et bêêêêêh)

Le refuge est très agréable ; nous y rechargeons nos batteries avec reconnaissance.

 

Jour J (samedi 3 septembre)

Nous entamons la remontée de la Combe Madame à 7h45 dans une lumière bleutée. Bien vite, nous sortons de la trace qui bifurque vers le col de la Croix pour tourner vers le Rocher Blanc, aidés néanmoins par les cairns qui balisent l’ascension. Celle-ci se poursuit agréablement et régulièrement dans les pierriers, puis les névés dont l’éclat tranche avec la rougeur de la roche qui se fait de plus en plus ferrugineuse à mesure que nous montons. La crête du Rocher Blanc se dégage peu à peu : Petit Badon, Rocher Badon et enfin notre objectif !

Nous atteignons sans encombre le sommet (2928 m) d’où nous savourons un magnifique panorama (tout le monde est au rendez-vous, du Mont Blanc à la Chartreuse, en passant par la Grande Casse, le Cervin, les aiguilles d’Arves et la Barre des Écrins).

Puis… c’est parti pour 1900 mètres de descente ! Première mission : s’assurer de trouver le col de l’Amiante avant de basculer vers les Sept Laux et ne pas se laisser tenter par les goulets qui le précèdent sous peine d’arriver en bas plus vite que prévu et sans maîtrise de la trajectoire. Guidés par l’expérience de Daniel et Geneviève, nous y parvenons et entamons une descente qui s’avère toutefois un peu sportive sur les débuts. Nous nous laissons glisser au pied des névés et poursuivons dans les pierriers quasiment jusqu’au lac Blanc. Les habitants de cette combe se suivent et ne se ressemblent pas : tantôt un groupe de bouquetins pas si farouches que ça, tantôt l’épave du Cessna-310 Milan – Bron dont le crash remonte à 1986.

Après une pause trempette & repas au lac Blanc, nous rattrapons le « sentier autoroute » qui fait le tour des Lacs des Sept Laux où nous croisons de nombreux randonneurs. Nous repiquons par le Cul de la Vieille (charming, isn’t it ?) avant de regagner le chalet du Gleyzin (le bar annoncé n’y est plus ! Heureusement nous avions encore largement de quoi nous rassasier par nous-mêmes). La dernière portion de descente se fait rapidement, malgré les jambes qui semblent peser plus lourd qu’une poignée d’heures auparavant, sous couvert d’une belle canopée.

Retour à Fond-de-France : et voilà ! La boucle est bouclée !

Borne-frontière du col de la Croix, 2529 m Geneviève au col de la Croix ; au fond, le Rocher Blanc et le Badon Refuge de Combe Madame, 1784 m Maylis arrive de la Martinette, 1068 m ... suivie de Daniel Samedi matin, dans la haute Combe Madame Sous le glacier du Rocher Blanc Dapuis le sommet, vue sur le Bec d'Arguille Vue sur le Rocher Badon Sommet du Rocher Blanc, 2928 m Traversée vers le col de l'Amiante Sur le glacier de l'Amiante Au fond, le col de l'Amiante Vue sur le lac Blanc



Retour par le lac de la Motte Le reportage de Daniel dans la Combe Madame Vue sur le col de Combe Madame et son glacier La première au sommet ! Briefing au sommet Le trio belledonnien au sommet ! Un des vestiges du crash du CESSNA Vue sur les 7 Laux Un bon moment !